Après-vente : comment Xee s’emploie à devenir le chef de file de la connectivité

Article paru le 05 Janvier 2018 dans www.journalauto.com

Après-vente : comment Xee s’emploie à devenir le chef de file de la connectivité

Dans quelques jours, Yvan Gravier, le président de Xee, va s’envoler vers le CES de Las Vegas. Dans ses bagages, il y a un plan de bataille 2018 destiné à asseoir ses positions sur le marché naissant de l’après-vente connectée. Confidences.

Avec Drust, Oocar et consorts, la bataille de position dans l’après-vente connectée a commencé pour Xee. Le fabricant lillois du boîtier communicant, qui se rendra à Las Vegas dans quelques jours pour l’édition 2018 du CES, a confié au Journal de l’Automobile, par la voie de son président Yvan Gravier, viser “le leadership de l’entretien connecté, dès cette année”. Rien de moins.

Pour ce faire, Xee enchaîne les signatures de partenariats à but technologique. A Vivatechnology, en juin dernier, Yvan Gravier évoquait les noms de Talk-to-my-Car et Tell me+, deux start-up en vue capables de fournir à Xee les compétences requises à ses deux axes de développements stratégiques, respectivement l’ergonomie du service et la prédiction des pannes. Ces chantiers sont désormais bien engagés.

Un SDK à industrialiser

Avec Laurent Dunys, ex-ingénieur en sécurité de Renault et désormais à la tête de Talk-to-my-Car et The Bot Studio, Yvan Gravier vient de finaliser un kit de développement (SDK) qui permettra aux applications des clients d’être compatibles avec les assistants vocaux intelligents, Google Home et Amazon Alexa. Et le président de Xee d’expliquer : “Notre stratégie consiste à proposer un modèle freemium en BtoC, en se servant des vitrines que sont Google et Amazon, pour initier les consommateurs. En parallèle, il y aura une tarification B-to-B qui va inclure le conseil en amont, le développement technologique et la licence d’exploitation”, soit les offres commerciales respectives de The Bot Studio, Talk-to-my-car et Xee.

Cette tarification n’est pas encore fixée. L’industrialisation de cette offre conjointe n’a d’ailleurs pas encore commencé. Yvan Gravier promet une clarification à la fin du premier trimestre. Toujours est-il que Midas s’est laissé séduire. Selon le dirigeant de Xee, une mise à jour de l’application en 2018 intégrera la possibilité de dialoguer avec son véhicule. Dans le même temps, il dit avancer avec “une autre enseigne majeure de l’après-vente” également sensible au sujet de l’assistance vocale.

Le prédictif fiabilisé

Avec Tell me+, Xee peaufine sa fonctionnalité de prédictivité. “Elle doit contribuer à la fidélisation des clients en anticipant leurs besoins grâce à une analyse fine des données du véhicule. Nous voulons prévenir avant même l’apparition d’un code défaut dans l’application ou au tableau de bord”, répète à l’envi Yvan Gravier. Une combinaison des données du boîtier Xee, de l’algorithme de Tell me+ et de la plateforme de stockage de Google IOT Plateform a abouti à des résultats probants.

Encore une fois, Midas s’est prêté au jeu du pilote. Chaque fois que cela a été possible, l’enseigne a transmis les informations techniques relatives aux véhicules, relevées juste avant une panne de batterie. Les comportements de roulage, les paramètres des véhicules ou la météo ont été traités de sorte à établir des modèles, selon le principe du machine learning. De fait, la fiabilité du taux de prédiction atteint 70%. “Ce qui nous amène à l’étape de la commercialisation du service chez Midas et Norauto”, révèle Yvan Gravier.

Xee et Tell me+ ne s’arrêteront pas aux seules batteries. Les deux réseaux d’entretien du groupe Mobivia vont les aider à ouvrir le dossier de la climatisation, tandis qu’EDF va collaborer pour l’analyse des batteries VE et que deux grandes enseignes européennes (encore confidentielles) vont contribuer à la conception de modèles pour les systèmes de freinage et les pneumatiques.

Evolution de Xee Fleet

130000 boîtiers ont été vendus par Xee au réseau de distribution. Leur déploiement est en cours. “Le rythme va en s’accélérant”, affirme le P-dg. Aujourd’hui, il compte “plusieurs centaines d’activations hebdomadaires”, il entend dépasser durablement la barre du millier dès cette année. Alors que Drust a signé en 2016 avec Flauraud et qu’Oocar est entré à l’AD, Xee a entamé des discussions avec une autre plateforme de distribution de pièces. “Ce terrain est très concurrentiel, il faut faire preuve de prudence”, dit Yvan Gravier. Comprendre qu’il opère en toute discrétion.

Il discute avec Speedy et Autobacs. Partenaires distributeurs depuis plusieurs mois maintenant, ces enseignes pourraient franchir un palier. Après avoir construit un schéma pour la commercialisation des Xee, il s’agit désormais de trouver un modèle d’affaires intégrant l’utilisation de la donnée pour générer du trafic dans les ateliers.

Last but not least, Xee va déployer la nouvelle version de son service Xee Fleet. Cette évolution rend l’outil de gestion de flottes compatible avec les véhicules électriques, dont l’autonomie et les courbes de consommation seront remontées, avec les applications du Xee Store, pour accroître l’expérience utilisateur et, enfin, avec la législation RGPD.


Cette application Google est accessible en français et en anglais. Elle est également accessible en anglais dans Alexa, et en français dans Messenger.

Vous aussi, vous aimeriez développer une action Google, une skill Alexa, ou un Chatbot?

Demandez-nous à contact@thebotstudio.com — Nous sommes les seuls experts 100% dédiés aux secteurs de l’automobile, de la mobilité et des transports.